Bonne rentrée sous le signe de l’Open Access !

Toute l’équipe Open Access vous souhaite une belle rentrée universitaire.

Nous sommes à votre disposition pour vous accompagner dans vos projets en lien avec l’Open Access et notamment le portail HAL AMU. 

N’hésitez pas à nous contacter sur archiveouverte@univ-amu.fr

 crédit photo : I. Gras, Licence Paternité-Pas d'utilisation commerciale

crédit photo : I. Gras, Licence Paternité-Pas d’utilisation commerciale

Qu’est-ce que vous faites pour les vacances ?

2882250605_73b02f6126_bL’été est arrivé, les vacances approchent… C’est peut-être le moment de se (re)poser et de faire le point sur votre bibliographie :

  • Est-elle à jour ?
  • Vos manuscrits corrigés (vos « postprints ») sont-ils tous bien rangés dans un dossier de votre disque dur ?
  • Vos contrats d’édition et/ou de cession de droits vous permettent-ils de déposer vos travaux dans l’archive ouverte HAL ?

Voici quelques conseils pour vous accompagner dans vos bonnes résolutions estivales :

Toute l’équipe open access du SCD AMU vous souhaite un bel été, et vous retrouve à la rentrée, à compter du 29 août.

[Photo : Aidan McMichael]

Trouver des documents en open access

Trouver des documents en open access est souvent compliqué, notamment sur les sites d’éditeurs traditionnels : peu d’entre eux proposent de limiter sa recherche aux seuls documents en OA, donc à moins d’avoir une référence bibliographique ou de suivre un lien, c’est plutôt « mission impossible ». Heureusement, il existe des moteurs de recherche spécialisés dans les contenus en open access pour se simplifier la tâche, voici les 2 principaux :
BASE est le moteur de recherche mis au point par l’université de Bielefeld en Allemagne. Il n’indexe que des documents en open access, provenant de milliers de sources ouvertes dans le monde, et couvre tous les champs disciplinaires. Son interface est disponible en français.

Base_search_fr

ISIDORE est la plateforme de référence pour l’accès aux contenus en open access dans les domaines des SHS. Elle moissonne également plusieurs milliers de sources spécialisées : bases de données, réservoirs documentaires, corpus, collections d’ouvrages, de revues, d’images ou de données, et dispose d’une interface mobile : m.rechercheisidore.fr. Isidore est porté par la très grande infrastructure de recherche Huma-Num, dont AMU est co-tutelle.rechercheisidore

Les mathématiques se positionnent pour la voie verte

Le conseil scientifique de l’institut des mathématiques du CNRS (INSMI) vient d’adopter une recommandation à propos des frais de publication pour la diffusion des articles en open access :

Le Conseil scientifique de l’INSMI recommande aux chercheurs et enseignants-chercheurs des sciences mathématiques, lors de la publication de leurs articles, de ne pas choisir les options qui imposent un paiement (1) pour que les articles soient en accès libre (« Open Access ») et surtout, par dessus tout, lorsqu’il s’agit de revues « hybrides » (2). Nous rappelons qu’il est possible de rendre publiques les versions préliminaires des articles sur des plates-formes comme HAL et arXiv et que la future « Loi pour une République Numérique » fixera les conditions permettant de déposer les versions finales avant publication sur ces plates-formes. En conséquence, nous recommandons de ne pas intégrer de tels frais dans les demandes de financements lorsque celles-ci en offrent la possibilité.

Rappel : Déposer dans HAL AMU, c’est gratuit et même autorisé par une grande partie des éditeurs de revues scientifiques – pour vérifier si votre revue est compatible, utilisez Sherpa/Romeo.

Projet de loi numérique et Open Access : la diffusion des publications scientifiques

Après le vote en première lecture de l’Assemblée nationale le 26 janvier dernier, le projet de loi pour une République numérique a été adopté par le Sénat le 3 mai 2016. Son adoption s’accompagne de nombreux débats qui mobilisent les acteurs de la communauté universitaire, concernés notamment par les dispositions de l’article 17.

L’article 17 du projet de loi vise à renforcer les droits des chercheurs à diffuser librement leurs travaux scientifiques majoritairement financés sur fonds publics. Ces travaux pourront être accessibles, à compter de la date de première publication, au terme de délais pris en cohérence avec les recommandations de l’Union européenne (Programme européen pour la recherche Horizon 2020). Ces délais sont fixés à 6 mois maximum pour les sciences et techniques et à 12 mois maximum pour les sciences humaines et sociales.

Article 17
Le chapitre III du titre III du livre V du code de la recherche est complété par un article L. 533-4 ainsi rédigé :
« Art. L. 533-4. – I. – Lorsqu’un écrit scientifique issu d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par des dotations de l’État, des collectivités territoriales ou des établissements publics, par des subventions d’agences de financement nationales ou par des fonds de l’Union européenne est publié dans un périodique paraissant au moins une fois par an, son auteur dispose, même après avoir accordé des droits exclusifs à un éditeur, du droit de mettre à disposition gratuitement dans un format ouvert, par voie numérique, sous réserve de l’accord des éventuels coauteurs, la version finale de son manuscrit acceptée pour publication, dès lors que l’éditeur met lui‑même celle‑ci gratuitement à disposition par voie numérique ou, à défaut, à l’expiration d’un délai courant à compter de la date de la première publication. Ce délai est au maximum de six mois pour une publication dans le domaine des sciences, de la technique et de la médecine et de douze mois dans celui des sciences humaines et sociales.
« La version mise à disposition en application du premier alinéa ne peut faire l’objet d’une exploitation dans le cadre d’une activité d’édition à caractère commercial.

A l’heure actuelle, la majorité des contrats signés entre les chercheurs et les éditeurs privés, sans contrepartie de rémunération en faveur des chercheurs, ne permet plus à ces derniers d’exercer leur liberté académique en choisissant les modalités de diffusion de leurs écrits scientifiques publiés. Les éditeurs privés acquièrent donc un monopole de diffusion et facturent aux universités l’accès à ces articles, parfois à des tarifs prohibitifs. Cette situation génère de fortes inégalités notamment entre les universités.

Cliquer sur l’image. Édition scientifique : le modèle traditionnel [image adaptée d’une création de Stéphanie Bouvier en CC-BY]

La recommandation de l’UNESCO concernant la condition du personnel enseignant de l’enseignement supérieur rappelle que la liberté de diffusion des recherches est un des critères de la liberté académique.

L’exercice des libertés académiques doit être garanti aux enseignants de l’enseignement supérieur, ce qui englobe la liberté d’enseignement et de discussion en dehors de toute contrainte doctrinale, la liberté d’effectuer des recherches et d’en diffuser et publier les résultats, (…).

L’article 17 offrirait la possibilité aux chercheurs de déposer leurs articles, même après publication en revue, dans une archive ouverte. Il s’agit bien d’une possibilité et non d’une obligation. Le dépôt d’écrits scientifiques dans des archives ouvertes doit résulter d’une démarche volontaire des chercheurs, comme l’ont rappelé la CPU et le CNRS dans un communiqué de presse de janvier 2016.

Ces derniers mois, de nombreux chercheurs – toutes disciplines de recherche confondues – ont pris position en faveur du projet de loi pour favoriser la diffusion des publications scientifiques en Open Access :

  • Tribune « Pour une science ouverte à tous » réalisée à l’initiative de Marin Dacos et parue le 7 mars dernier dans Le Monde, qui a notamment été signée par Marie Masclet de Barbarin, maître de conférence en droit et Vice-Présidente du Conseil d’Administration de l’université d’Aix-Marseille.


Pour aller plus loin : voir le dossier législatif du projet de loi pour une République numérique disponible sur Légifrance.

Mise à jour du DOAJ

Le Directory of Open Access Journals, ou DOAJ, est une base de données qui recense, à la façon d’un annuaire, les revues scientifiques en accès ouvert. Lancé en 2003 par les bibliothèques de l’université de Lünd en Suède, il s’est rapidement imposé comme LA ressource de référence pour trouver des revues en open access répondant aux standards de qualité et de rigueur scientifique.
Au bout d’une décennie, plusieurs changements ont eu lieu pour la base :
– Choix d’une nouvelle gouvernance : ce n’est plus l’université de Lünd, mais la structure à but non lucratif IS4OA qui gère désormais le DOAJ. Son financement est assuré par les adhésions de ses membres institutionnels (dont AMU !) et individuels. Plus d’une centaine de bénévoles assurent le travail de vérification des revues.
– Définition de nouveaux critères d’admission, pour améliorer la qualité des revues référencées, et renforcer la lutte contre les éditeurs prédateurs : la presque totalité des 10000+ revues du DOAJ a dû passer une validation en fonction de ces nouveaux critères.
Le DOAJ vient de lancer la phase finale de la mise à jour des revues indexées : environ 3300 revues ne répondant pas aux critères vont être supprimées ; elles pourront re-candidater à l’inclusion dans la base ultérieurement. On ne peut que saluer le sérieux du travail qualitatif sur les données mené par les bénévoles du DOAJ, merci à eux.
16795045371_6271bea379_z

Enquête ministérielle – besoins des chercheurs en matière d’IST

Jusqu’au 12 mai, vous pouvez répondre à l’enquête ministérielle pour mieux cerner les attentes des chercheurs en matière d’accès à l’information scientifique et technique (IST).

L’objectif de cette enquête est de mieux répondre aux besoins actuels des chercheurs en matière de recherche d’information et de documentation, imprimée ou numérique, tant en sciences humaines et sociales, qu’en sciences exactes, techniques et médicales.

Sont invités à répondre à l’enquête  :

  • les enseignants-chercheurs  et les chercheurs
  • les docteurs
  • les post-doctorants et les doctorants
  • les étudiants en Master 1 ou en Master 2

Certaines questions abordent les archives ouvertes ainsi que la documentation disponible en Open Access :

  • Consultez-vous des documents disponibles en Open Access ?
  • Comment qualifieriez-vous votre démarche de recherche de documentation en Open Access : incontournable, utile, ponctuelle, difficile ?

Rendez-vous ici pour répondre à l’enquête : https://survey.qualtrics.com/jfe1/form/SV_bsi6o2pV4FgnYVf

Maîtrisez HAL AMU en 2 heures chrono !

L’archive ouverte HAL AMU, vous en avez déjà certainement entendu parler mais vous ne savez pas vraiment comment l’utiliser pour valoriser votre production scientifique.
Déposer sur HAL AMU, pourquoi pas ? Mais comment s’y prendre ? Et puis ai-je le droit de déposer un article déjà publié dans une revue ? Ne vais-je pas m’attirer les foudres de mon éditeur ?

Afin de vous aider à trouver des réponses à ces questions, la cellule Open Access du SCD AMU vous propose des formations : d’une durée de 2 heures, elles abordent les points suivants :
– les enjeux de l’open access à AMU
– les questions juridiques et éthiques liées au dépôt dans une archive ouverte
– les étapes du dépôt dans HAL AMU (métadonnées, embargo, partage de propriété)
– la création de votre IdHAL et la réalisation de votre CV en ligne

La formation compte au maximum 15 personnes afin de permettre des temps d’échange et des réponses adaptées aux situations que vous rencontrez.
Nous vous recommandons de venir accompagnés :

  • des publications que vous souhaitez déposer (sous format word ou pdf)
  • des contrats d’édition de ces publications, quand vous les avez à disposition.

Vous êtes prêts à vous inscrire à une formation HAL AMU ?
Vous avez besoin de précisions ?
Contactez la cellule Open Access à l’adresse archiveouverte@univ-amu.fr pour toutes vos questions !

Bienvenue !

Bienvenue sur ce carnet, dédié à l’open access à AMU : notre activité dans HAL AMU, des informations pratiques sur le dépôt, mais aussi de l’information plus générale sur l’open access et sur les initiatives en faveur de l’accès ouvert au sein d’AMU, de la veille documentaire… Voilà ce que nous vous proposons d’aborder dans ce « réservoar ».