Lecture d’été

A emporter sur la plage au format papier, tablette ou liseuse, voici un ouvrage  incontournable pour comprendre les enjeux et le fonctionnement de l’accès ouvert :
Qu’est-ce que l’accès ouvert ?
Peter Suber, traduit par Marie Lebert
« Dans ce livre court, Peter Suber explique ce qu’est l’accès ouvert et ce qu’il n’est pas, ses avantages pour les auteurs et leurs lecteurs, la manière de le financer, sa compatibilité avec le droit d’auteur, la façon dont le mouvement pour l’accès ouvert est passé d’un mouvement confidentiel à un mouvement global, et enfin ses perspectives d’avenir.
Basé sur les recherches et les écrits de l’auteur pendant une dizaine d’années, ce livre s’avère un outil indispensable pour les chercheurs,… »

Bonne lecture, et bel été !

Parfois, le dépôt du pdf éditeur est autorisé sur une archive ouverte

Bon à savoir : quand vous avez publié dans une revue en open access, et que votre laboratoire (ou celui de vos co-auteurs), a payé des frais de publication (Article Processing Charges, APC), si la revue en demande, vous pouvez déposer dans HAL AMU, et sans délai, le pdf éditeur de votre article. En général, l’article a été publié avec une licence Creative Commons, qui autorise de reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre au public à titre gratuit, en respectant certaines conditions (notamment l’attribution de la paternité de l’article).
Donc quand vous déposez la notice de votre article publié dans une des revues de PLOS, de MDPI, d’Hindawi, de BioMed Central, de Frontiers In, ou dans les 2 revues OA du groupe Nature (Scientific reports et Nature communications), n’hésitez pas à ajouter le texte intégral de l’article !
Pour vous y retrouver, Sherpa/Romeo a concocté une liste de tous les éditeurs qui autorisent le dépôt du pdf éditeur dans une archive ouverte : il y en a presque 1000 !

Puis-je déposer dans HAL AMU un article publié par un éditeur étranger ?

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) vient de diffuser un guide pour informer de manière simple les chercheurs et enseignants-chercheurs des nouveaux droits que la loi pour une République numérique d’octobre 2016 leur a ouverts pour la diffusion de leurs écrits publiés dans des revues scientifiques.

Le guide donne des précisions sur la portée de la loi en ce qui concerne les articles publiés par des éditeurs étrangers :

« L’article 30 de la loi précise que les “dispositions du présent article
sont d’ordre public et [que] toute clause contraire à celles-ci est
réputée non écrite”. Cette affirmation concerne donc également les
contrats signés avec des éditeurs étrangers. »

Source : Guide d’application de la loi pour une république numérique (article 30)
[Photo by asoggetti on Unsplash]

De nouveaux tutoriels pour le dépôt dans HAL

Le CCSD et l’INIST proposent de nouveaux tutoriels pour vous aider à déposer dans HAL :
Comment qualifier mon fichier : fichier auteur ou fichier éditeur ?
Comment ajouter des données supplémentaires
Comment appliquer une durée d’embargo
Où stocker des fichiers volumineux
Que sont les Article Processing Charges (APC) 
Les licences Creative Commons

Ils viennent utilement compléter les tutoriels de base :
Déposer dans HAL
Comment ajouter un fichier à une notice bibliographique ?

Un Glossaire des termes utilisés dans HAL est également disponible dans la documentation de HAL.

8 bonnes façons d’arriver à 20000 documents en texte intégral dans son archive ouverte

1. Une gouvernance engagée

La mise en place du portail institutionnel HAL AMU a été la première étape d’une politique volontariste de l’université en faveur de l’open access et de l’open science, jalonnée par la signature de la Déclaration de Berlin, document fondateur de l’accès ouvert, dès 2015, et plus récemment de l’Appel de Jussieu  pour la science ouverte et la bibliodiversité.

2. Un soutien financier solidaire

Cette politique s’est également matérialisée par le concours financier que l’université apporte à plusieurs services de valorisation de la science ouverte, comme le DOAJ, le DOAB ou SPARC Europe, et par le soutien au programme Freemium d’OpenEdition, piloté par le CLEO dont elle est co-tutelle.

3. Une incitation positive

Un dispositif incitatif pour le dépôt de la production scientifique des laboratoires sur HAL a été mis en place : depuis 2017, la moitié du « bonus recherche » des unités est basée sur le nombre de dépôts effectués dans HAL AMU.

4. Une équipe dédiée

L’administration de HAL AMU et l’animation de la communauté sur ces questions ont été confiées au Service Commun de Documentation. Pour remplir ces nouvelles missions, le SCD a constitué une équipe dédiée composée de 2 conservatrices de bibliothèques, spécialistes de l’open access. La « cellule OA » est ainsi chargée d’administrer l’archive ouverte, de sensibiliser les enseignants-chercheurs en les formant au dépôt et à l’utilisation de l’archive ouverte, et d’accompagner les laboratoires dans leur stratégie de valorisation scientifique, ainsi que dans le déploiement de leurs projets de recherche en open access.

5. Une collaboration inter-services pour une offre de service adaptée

L’équipe OA a mis au point une offre de service souple pour s’adapter aux besoins des laboratoires, et intégrée avec celle de la Direction de la recherche et de la valorisation (DRV) sur les questions de bibliométrie. Le Service commun de la documentation et la DRV collaborent pour le travail sur le bonus, organisent des formations pour les chercheurs en binôme, et partagent la valorisation des publications pour les projets, notamment européens.

6. Des presses universitaires motivées

AMU s’est également dotée d’une politique éditoriale ambitieuse pour ses presses universitaires, qui va au-delà des conditions de dépôt dans une archive ouverte précisées par l’article 30 de la Loi pour une République numérique, en autorisant le dépôt sans embargo, et dans leur version éditorialisée, des articles de revues des Presses universitaires de Provence.

7. Un contexte juridique favorable à l’open access

La cellule OA sensibilise les enseignants-chercheurs aux problématiques de droits d’auteur et répond aux questions qu’ils se posent dans le cadre de leurs échanges avec les éditeurs. Sa mission consiste également à informer la communauté universitaire des droits dont elle peut se prévaloir en matière de diffusion en open access, suite à l’adoption de la loi pour une République numérique.

8. Des formations personnalisées

La sensibilisation des communautés de recherche s’est traduite par de nombreuses rencontres sur tous les sites de l’université : en trois ans, plus de 265 heures de formation ont été assurées par la cellule OA, touchant plus de 660 membres de la communauté universitaire.

La Journée OA AMU comme si vous étiez !

Temps fort de l’année 2017, la journée Open Access de l’Université d’Aix-Marseille, animée par Marie Masclet de Barbarin, VP CA, a permis de revenir sur les dispositifs et les engagements en faveur de l’open access soutenus par l’Université. Nous avons le plaisir de vous annoncer que les vidéos sont désormais en ligne sur la chaîne youtube AMU. Bon visionnage !

  •  Introduction de la journée Open Access AMU par Marie Masclet de Barbarin, VP CA :

  •  La loi pour une République numérique par Isabelle Gras (SCD AMU) et Philippe Mouron (LID2MS) :

  •  La politique OA des Presses universitaires de Provence par Charles Zaremba (PUP)

  • Le point bonus recherche par Carine Dou Goarin (DRV AMU)

L’équipe Open Access reste à votre écoute pour vous accompagner dans vos projets d’open access : archiveouverte@univ-amu.fr

Récupérer une version post-print d’une revue Elsevier

Vous avez publié chez Elsevier mais n’avez pas conservé votre version acceptée pour publication ? Vous pouvez désormais en récupérer une copie en suivant la procédure suivante, indiquée par l’éditeur :
1) Connectez-vous au service de soumission de l’éditeur (EES), cliquez sur « Submission with a decision »
2) Sur la page listant vos soumissions, sélectionnez l’article dont vous voulez récupérer la version.
3) Une boite de dialogue va vous proposer de télécharger la version acceptée pour publication de votre manuscrit.
Il ne vous reste plus ensuite qu’à la déposer dans HAL AMU !

HAL AMU, cap sur 2018

Déjà trois ans que le portail HAL AMU a été créé, en décembre 2014.
Force est de constater que la communauté universitaire s’est saisie de l’outil pour diffuser en open access ses travaux scientifiques. Plus de 19 000 documents déposés dans HAL AMU en texte intégral sont consultables gratuitement pour tous. Ces documents sont repérables depuis Google et Google Scholar ainsi que depuis des moteurs de recherche scientifiques tels que Isidore, OAISTER et BASE, pour n’en citer que quelques-uns. Rappelons que tout l’intérêt du dépôt dans HAL est d’élargir la visibilité des productions scientifiques, dans le cadre d’un dispositif encadré nationalement.

L’impact de l’article 30 de la loi pour une République numérique a permis de lever les barrières juridiques qui pouvaient se poser pour le dépôt des articles de revue notamment. Le choix des Presses universitaires de Provence de proposer des conditions de diffusion sur HAL AMU plus favorables que les dispositions législatives a également constitué un engagement  fort. Notre université a d’ailleurs rappelé cette politique engagée dans son dossier consacré à HAL AMU d’octobre 2017 ainsi que lors de sa journée Open Access.

Cette dynamique s’est traduite par de nombreuses rencontres au sein des laboratoires. La cellule Open Access est intervenue sur l’ensemble des sites aixois et marseillais de l’Université, pour assurer plus de 120 heures de formation. Ces échanges se sont souvent concrétisés par le souhait pour les laboratoires de disposer de leur propre collection, afin de valoriser au mieux les travaux de leurs chercheurs. La page des collections des laboratoires AMU s’est d’ailleurs étoffée dans toutes les disciplines.

Toute l’équipe OA vous remercie pour votre implication dans le déploiement de HAL AMU, et reste à votre disposition pour poursuivre cette collaboration en faveur de l’Open Access en 2018 !

L’Open Access à AMU résumé en une journée

Le 9 novembre 2017 se tenait la journée Open Access à Aix-Marseille université à la Maison de la recherche (Aix-en-Provence – site Schuman). Organisée par l’équipe de la cellule HAL-AMU du SCD de l’université, et animée par Marie Masclet de Barbarin, VP CA, cette journée a permis de présenter les dispositifs en faveur du libre accès mis en place au sein d’AMU (archives ouvertes, presses universitaires, bonus performance) et leur articulation à l’échelle de l’établissement. C’est la cohérence générale de la politique de l’université en matière d’Open Access, construite depuis plusieurs années, qui était ainsi restituée aux responsables de services, de départements ou de laboratoires, aux référent·e·s HAL et aux enseignant·e·s-chercheur·e·s présent·e·s.

Marie Masclet de Barbarin a introduit la journée en rappelant le contexte budgétaire et institutionnel dans lequel cette politique se développe : un coût annuel des abonnements électroniques s’élevant à 2,5 millions d’euros à AMU, pour l’accès à des publications pourtant produites par la recherche publique ; un mouvement national et international des établissements et des agences de financement vers le libre accès pour une meilleure diffusion de la production scientifique ; un besoin de visibilité accrue de la recherche produite au sein de l’université.
AMU a fait le choix d’une stratégie d’incitation forte de ses enseignant·e·s-chercheur·e·s au libre accès, notamment via les budgets alloués aux laboratoires, tout en leur facilitant le dépôt en archives ouvertes par la création, fin 2014, du portail HAL-AMU et de la cellule qui le porte au sein du SCD.

Le cadre juridique de ce dépôt en archives ouvertes a été précisé par Philippe Mouron (LID2MS) et Isabelle Gras (SCD d’AMU), qui ont uni leurs voix pour présenter ce que change la Loi pour une République numérique, promulguée en octobre 2016. Celle-ci autorise en effet, dans son désormais fameux article 30, les auteur·e·s à mettre à disposition en libre accès leurs articles publiés dans des périodiques, dans un délai de 6 mois (STM) ou de 12 mois (SHS), quel que soit le contrat signé avec l’éditeur, pourvu que la recherche ait été majoritairement financée sur fonds publics.

Applicable aux articles scientifiques publiés depuis la date de sa promulgation, cette loi vient consolider le cadre juridique du dépôt en archives ouvertes qui était jusqu’alors largement dépendant du contrat signé (ou pas), donc du cas par cas et de la bonne volonté des éditeurs. En pratique, c’est la version finale acceptée pour publication (dite post-print, à distinguer de la version PDF éditeur) qui est visée par l’article 30. La cellule HAL-AMU a ainsi présenté une « feuille de route » pour déposer en archive ouverte dans le respect de l’article 30, particulièrement utile pour les auteur·e·s :

Feuille de route pour le dépôt dans HAL dans le respect de l'article 30 de la Loi pour une République numérique

Feuille de route pour le dépôt dans HAL dans le respect de l’article 30 de la Loi pour une République numérique

Certains éditeurs vont déjà plus loin que la nouvelle loi en matière de liberté laissée aux auteur·e·s. C’est le cas des Presses universitaires de Provence, qui ont fait le choix d’accompagner la politique de l’université en faveur du libre accès par une position particulièrement engagée,  autorisant le dépôt en archives ouvertes de la version éditeur des articles des revues des PUP sans délai. Charles Zaremba, directeur des PUP au moment de cette décision, a ainsi rappelé qu’à l’échelle d’un éditeur universitaire comme les PUP, non seulement le libre accès ne vient pas grever les ventes, mais il a plutôt un effet d’entraînement sur les abonnements aux revues par augmentation de la visibilité nationale et internationale, comme l’expérience de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée l’a montré.

La question de la visibilité, à la fois interne et externe, de la production scientifique des membres d’AMU est en effet un enjeu primordial pour l’établissement. Carine Dou Goarin, chargée de la bibliométrie au sein de la Direction de la recherche et de la valorisation, a rappelé les paramètres de cette question : l’université a besoin d’avoir une perception claire et exhaustive des publications de ses membres, pour ce faire elle a donc besoin d’être elle-même bien identifiée dans chacune de ces publications.
AMU a décidé d’utiliser deux outils pour avancer à ce sujet : le respect de la charte de signatures dans les publications AMU indexées dans le Web of Science, considéré comme indicateur de la visibilité de la production de l’université à l’échelle internationale ; le signalement des publications dans l’archive ouverte HAL, outil central de la diffusion de la recherche. Le minutieux travail de repérage des publications dans les deux outils, le WoS et HAL, mené par Carine Dou Goarin, a notamment mis en évidence la sous-représentation de la production des SHS dans le WoS par rapport à celle signalée sur HAL, donc l’importance cruciale pour les SHS d’indexer leur production scientifique dans HAL AMU pour être prises en compte dans la comptabilisation des publications AMU.

WoS vs HAL. répartition de la production d'AMU par domaines (Carine Dou Goarin)

WoS vs HAL. répartition de la production d’AMU par domaines (Carine Dou Goarin)

Afin d’inciter les auteur·e·s d’AMU à respecter les deux critères de visibilité (charte de signatures, présence dans HAL), le versement d’un bonus performance aux laboratoires, pouvant représenter jusqu’à 10% de leur dotation budgétaire, a été conditionné en 2017 au respect de ces critères à l’échelle de chaque unité. Au total, 68% des 110 laboratoires affiliés à AMU ont perçu tout ou partie du bonus au titre du signalement de leurs publications dans HAL.
AMU devrait poursuivre cette politique incitative au libre accès en 2018 ; les laboratoires attendent la décision de la Commission recherche à ce propos.

Les questions soulevées par les communications ont essentiellement porté sur deux aspects :

  • le flou laissé par la Loi pour une République numérique concernant son périmètre d’application, que ce soit sur la définition de « périodique paraissant au moins une fois par an », ou sur les auteur·e·s étranger·e·s publiant dans des revues françaises, et inversement !
  • l’articulation entre archives ouvertes et plateformes de revues en libre accès (Green et Gold Open Access), en particulier pour les SHS entre HAL et Revues.org (OpenEdition Journals à partir de décembre 2017).

Pour aller plus loin :

Delphine Cavallo
Je remercie Marlène Delhaye et Isabelle Gras de m’avoir invitée sur ce carnet pour faire le compte-rendu de cette journée.

[Les interventions ont été filmées, les vidéos seront disponibles prochainement]

Journée Open Access AMU le 09/11/17

Le SCD vous propose une journée d’échanges sur l’open access
le jeudi 9 novembre 2017 à partir de 9h30 sur le site de la Maison de la Recherche, campus Schuman à Aix.
Au programme : interventions éclairantes sur la loi numérique, sur la politique éditoriale des PUP, sur le postprint et sur le bonus recherche la matin, et séance de « SAV » personnalisé l’après-midi, pour toutes vos questions sur le dépôt dans HAL AMU, la publication en open access, les frais de publication, etc. Journée OA à AMU 09/11/2017A jeudi prochain !

Déjà un an !

Le 7 octobre dernier a été adoptée la loi pour une République numérique, dont l’article 30 réaffirme la liberté académique du chercheur. Vous pouvez en effet vous prévaloir de cet article pour déposer dans HAL AMU vos écrits scientifiques publiés dans des revues, même après cession des droits exclusifs à un éditeur.

Vous avez été nombreux à contacter l’équipe Open Access pour avoir des précisions sur les modalités d’application de la loi : nous les avons synthétisées pour vous sous la forme d’un tableau disponible sur la page « Ai-je le droit ? » de l’archive ouverte HAL AMU.

Pour plus de précisions sur l’application de l’article 30, n’hésitez pas à consulter la FAQ sur la loi pour une République numérique sur le site Open Access France.

Pour vos publications aux Presses universitaires de Provence, l’éditeur a souhaité promouvoir une politique engagée en matière d’Open Access, en définissant des conditions de dépôt dans les archives ouvertes plus favorables que les dispositions de l’article 30 : le texte de votre article peut en effet être déposé dans HAL AMU au format PDF éditeur et sans embargo. Vous êtes simplement invité à mentionner le site web de l’éditeur dans le champ « commentaire », lors du dépôt. Vous pouvez consulter les publications des PUP en Open Access dans la collection HAL des Presses universitaires de Provence.

Pour toute question, l’équipe Open Access reste à votre écoute : archiveouverte@univ-amu.fr

[Photo : Will Clayton]

Journée de formation pour les gestionnaires de collection HAL

Afin de découvrir les nouveautés de la rentrée sur HAL, le SCD AMU propose aux gestionnaires de collection une journée de formation organisée en collaboration avec l’Urfist PACA Corse.

La journée « Gérer sa collection dans HAL« , aura lieu le jeudi 21 septembre au CRFCB de Marseille. Elle permettra de découvrir :

  • les nouveautés de la plateforme HAL
  • les aspects juridiques liés à la loi pour une République numérique
  • deux outils d’aide à la gestion de collections : OCDHal et Bib2Hal

Ce sera également l’occasion d’échanger entre gestionnaires de collection, d’évoquer des cas concrets rencontrés dans l’utilisation de HAL, mais aussi des bonnes pratiques mises en place dans les laboratoires.
Le programme et le formulaire d’inscription sont en ligne.
Info pratique : plan d’accès du CRFCB à Marseille.
Pour toute question, vous pouvez contacter l’équipe Open Access :

  • Marlène Delhaye, 04 13 55 39 20
  • Isabelle Gras, 04 13 55 39 46

Nous en profitons pour adresser tous nos vœux de réussite dans leurs nouveaux projets à Emma Bester, Amélie Ferrigno et Marine Soubrié avec qui nous avons eu la chance de collaborer successivement lors des différentes étapes du déploiement de HAL AMU.

Excellente rentrée universitaire à toutes et à tous !

Plongez au cœur de la Méditerranée avec la collection RAMSES

Vous pouvez découvrir la collection RAMSES qui est venue enrichir le portail HAL AMU.

RAMSES est le réseau des centres de recherche en sciences humaines sur la Méditerranée spécialisé en sciences humaines et sociales. Coordonné par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, il rassemble 21 institutions partenaires situées dans l’espace euro-méditerranéen : France, Algérie, Allemagne, Egypte, Espagne, Finlande, Grande Bretagne, Grèce, Italie, Maroc, Slovénie.

Chloé Chatelin, responsable de la collection RAMSES, a contacté l’équipe Open Access du SCD AMU afin de l’accompagner dans la création et le suivi de sa collection. Ce travail de collaboration a été l’occasion de valoriser le catalogue des publications RAMSES qui est désormais intégralement saisi dans HAL.

Pour débuter votre escapade méditerranéenne, voici quelques unes des entrées du très beau Dictionnaire de la Méditerranée publié en 2016 chez Actes Sud.

la mosaïque

le temps

les jeux

 

*** Toute l’équipe Open Access vous souhaite un bel été  ! ***

 

 

Déposer dans HAL AMU des articles des revues des PUP ? C’est possible !

Lors de leur dernier conseil de gestion, les Presses universitaires de Provence (PUP) ont acté que tous les auteurs publiant dans leurs revues ont la possibilité de déposer leurs articles dans des archives ouvertes.
Le dépôt dans HAL AMU peut se faire dès la parution de l’édition papier, et sans embargo.

Les PUP invitent les auteurs à déposer la version « PDF éditeur » de l’article, c’est-à-dire le texte identique au texte paru en ligne ou sur la version  papier.
Outre le gain de temps pour le chercheur, le dépôt du PDF éditeur permet que la même version puisse être lue, citée et référencée, quel que soit le support de lecture.
Cette politique en faveur de l’open access pourra prochainement être consultée sur le site Sherpa / Roméo.

Si vous souhaitez des conseils pour déposer dans HAL AMU, n’hésitez pas à contacter l’équipe Open Access : archiveouverte@univ-amu.fr