Les collections de printemps

Collections de laboratoire, de colloques, thématiques ou interdisciplinaires : il y en a pour tous les goûts dans le catalogue des collections d’AMU ! Voici celles mise en place et/ou mises à jour depuis janvier 2018 :

Venez les découvrir !

De l’utilité de saisir le DOI de votre document lorsque vous déposez dans HAL AMU


Le DOI (Digital Object Identifier), est un identifiant pérenne (Persistent identifier ou PID), c’est-à-dire un code alphanumérique associé à un objet ou ressource de façon permanente. Il est disponible et gérable à long terme ; il ne changera pas si l’objet est renommé ou déplacé (changement de site, d’entrepôts de données…).

Le DOI paraît habituellement dans l’article en première page ou en bas de page ou dans les bases de données et les sites web des éditeurs de revue, avec les autres informations bibliographiques. Celui-ci commence toujours par le chiffre dix (10) suivi d’un point et d’une combinaison de chiffres, de lettres et de quelques caractères spéciaux. Par exemple, le DOI de l’article “Comprendre la pénurie de main d’œuvre dans les professions comptables : Une étude qualitative des facteurs d’orientation des étudiants” de la revue Gestion 2000 est10.3917/g2000.341.0157.

Pour une monographie, l’ISBN est un numéro international normalisé permettant l’identification d’un livre dans une édition donnée.

Nous pouvons dire, schématiquement, que pour l’identification d’un document, le DOI est à l’article ce que l’ISBN est à une monographie.

Pourquoi saisir le DOI ?

1/ D’abord parce qu’il vous fait gagner du temps : quand vous rentrez le DOI d’un article dans HAL, celui-ci va récupérer automatiquement les métadonnées associées à l’article et les ajouter à votre dépôt, vous évitant de les saisir manuellement.

HAL vous indique ensuite quelles sont les métadonnées qui ont pu être récupérées :

Il se peut que toutes les métadonnées ne soient pas récupérées automatiquement dans le formulaire de dépôt. Il vous faudra être vigilant.

Il arrive également que le système ne détecte pas le DOI noté sur le document. Dès lors vous avez la possibilité de l’ajouter manuellement quand vous arrivez à cette étape du dépôt :

2/ Ensuite parce qu’il va permettre à HAL d’aller vérifier (en interrogeant le service Unpaywall) si votre article n’est pas déjà disponible en open access dans une revue OA, ou dans une autre archive ouverte. Si c’est le cas, le logo « Open access » apparaît sur la notice de votre dépôt.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est DOI-4bis.jpg.

En cliquant sur le logo, vous pouvez télécharger votre article en texte intégral, et le déposer dans HAL pour compléter votre notice bibliographique.

Si vous voulez retrouver un article par son DOI, vous pouvez consulter le site : http://dx.doi.org/


La politique OA engagée des Presses d’AMU

Les Presses universitaires de Provence (PUP) et les Presses universitaires d’Aix Marseille (PUAM) ont conjointement adopté une politique engagée en faveur de l’Open Access afin de promouvoir l’accès au savoir pour tous.

Pour les revues comme pour les ouvrages collectifs, leur politique en matière de dépôt en archive ouverte comporte en effet des dispositions plus favorables que celles de l’article 30 de la loi pour une République numérique.

Déposer le fichier PDF de l’éditeur dans HAL AMU

Les PUP comme les PUAM invitent les auteurs à déposer dans HAL AMU la version « PDF éditeur » de la publication dans une revue ou dans un ouvrage collectif, c’est-à-dire le texte identique au texte paru en ligne ou sur la version papier.

Cette version peut être demandée directement aux personnes référentes au sein de ces deux presses. Il revient à l’auteur de déposer ce fichier dans HAL AMU et de compléter les métadonnées du document en question.

Sauter l’étape de l’embargo

“12 mois à partir de la date de publication, c’est bien ce que dit la loi pour les SHS ?”, “D’accord mais la publication a eu lieu quand déjà ?” … Autant de questions qui n’ont plus lieu d’être pour déposer les revues et les ouvrages collectifs : en effet, aucun embargo n’est demandé par les PUP ni par les PUAM. Toutes deux autorisent le dépôt immédiat des fichiers : le fichier déposé dans HAL AMU est donc visible simultanément à la publication aux presses concernées.

Et pour les ouvrages ?

Les monographies n’entrent pas dans le périmètre d’application de la loi pour une République numérique. Il appartient donc aux éditeurs de décider de leur politique open access en la matière.

Les PUP et les PUAM ont adopté là encore une position volontariste en acceptant que le dépôt d’une monographie dans son intégralité puisse se faire à partir du fichier PDF éditeur, dès publication, avec un embargo de deux ans. 

Bonus pour les monographies des PUP : un chapitre de la monographie peut être diffusé sans embargo en version PDF éditeur.

Les Presses d’Aix Marseille Université ont donc mis en place une politique ambitieuse et novatrice pour la diffusion des écrits scientifiques. Un excellente nouvelle également pour les auteurs pour qui la procédure de dépôt dans HAL AMU est ainsi facilitée. Si des questions liées à HAL AMU restent à préciser, l’équipe Open Access est à votre écoute : archiveouverte@univ-amu.fr

+ d’infos :

 

FAIRe vivre les données de recherche : retours d’expérience sur l’organisation, la préservation et le partage

Le 13 décembre 2018 le groupe Dialogu’IST, réseau Renatis, a animé le 7e atelier de formation sur la thématique de gestion et de valorisation des données de la recherche dans les laboratoires. Cet atelier fut l’occasion de divers retours d’expérience sur l’organisation, la préservation et le partage des données de la recherche. Autour de la question « Comment FAIRe vivre les données », différents acteurs, professionnels de l’Information Scientifique et Technique (IST), ingénieurs de recherche, scientifiques ou informaticiens, ont partagé leurs projets, leurs pratiques, leurs besoins. Rappelé par Francis André, l’objectif des principes FAIR est de favoriser la découverte, l’accès, l’interopérabilité et la réutilisation des données partagées. Chaque principe se décline pour faciliter l’utilisation par les hommes et les machines des données de la recherche. Cette émulation, autour de la Science Ouverte et de la gestion des données, stimule la réflexion et encourage les initiatives dans le cadre de l’engagement d’AMU et du projet « données de la recherche ». Parmi les présentations nous avons choisi de présenter trois expériences partagées par nos collègues de Strasbourg, Lyon et Paris.

En introduction, Fabien Borget, enseignant – chercheur à Aix-Marseille Université, a insisté sur l’importance et l’enjeu des données de la recherche dans le mouvement de la Science Ouverte. Des initiatives majeures, soutenues par l’État, structurent le paysage des publications et des données. Cela favorise l’émergence de divers projets et place chercheurs, informaticiens et professionnels de l’IST au cœur du phénomène. De nouvelles compétences, de nouveaux métiers émergent dans un élan de production collaborative.

Marc Schaming, ingénieur de recherche à l’IPGS de Strasbourg, et Alice Frémand, Research Data Manager à l’EOST de Strasbourg ont présenté les principales actions du centre de données de géothermie profonde (CDGP). Dans le respect des droits de propriété intellectuelle et des principes FAIR, le CDGP a pour mission de collecter, décrire, préserver, contrôler, distribuer et gérer les données des différents projets de géothermie en Alsace. Lancée début 2016, la plateforme dispose aujourd’hui de l’infrastructure nécessaire pour remplir ses missions, et est pleinement opérationnelle. L’objectif est désormais d’obtenir une certification et de continuer à assimiler et distribuer les données anciennes, pour ajouter progressivement les données actuellement acquises.

L’équipe de stockage du centre de calcul de l’IN2P3 à Lyon, représentée par Jean-Yves Nief et Yonny Cardenas, ingénieurs de recherche, travaille sur une problématique clé : la conservation et le stockage à long terme des données. Que faire des données ? Les garder (combien de temps), les effacer ? Pour conduire cette réflexion, le quadriptyque : juriste, informaticien, chercheur, professionnel de l’IST est essentiel pour mettre en place et développer, dans le temps, une politique de gestion des données et d’Open Data (plans de gestion de données, archivage intermédiaire, etc.). Il est indispensable de sensibiliser les acteurs pour clarifier l’avenir des données. Leur rôle central est de structurer et d’organiser la communauté scientifique pour la convaincre de conserver ses données. Pour économiser sur le stockage, il faut améliorer le cycle de vie des données, conduire une réflexion constante pour la mise en place de plans de gestion de données et formaliser les pratiques. Grâce à une politique claire et établie entre les expériences et les projets il sera possible d’identifier rapidement les données en fin de vie et leur devenir.

Enfin, le cas de la banque d’enquêtes BeQuali, ou comment mettre en œuvre le principe FAIR et l’appliquer aux données d’enquêtes qualitatives en SHS. Sarah Cadorel, ingénieure d’études chargée des archives au CDSP, et Guillaume Garcia, chargé d’études au CDSP, responsable de la banque d’enquête BeQuali, ont partagé leur expérience du traitement d’enquêtes qualitatives. Le portail propose un catalogue d’enquêtes de SHS réalisées à partir de méthodes qualitatives (observations, entretiens, focus groups…). Il s’inscrit dans une démarche de préservation des données de la recherche en proposant des ressources et des outils pour l’enseignement des méthodes et la production de nouvelles recherches. Comment traiter les enquêtes ? La plupart des données qualitatives (entretiens, notes d’observations, corpus documentaire, etc.) collectées depuis les années 60 ont disparu ou risquent de disparaître sous peu tant elles sont conservées dans de mauvaises conditions. La nécessité de combler ce retard est devenue une évidence et les initiatives se sont multipliées depuis une dizaine d’années. Aujourd’hui ce dispositif d’apprentissage et de partage des enquêtes qualitatives en SHS doit s’enrichir. L’équipe, qui dispose de ses propres développeurs, œuvre à l’enrichissement du catalogue, à la mise en place de plans de gestion des données, à la sensibilisation de la communauté académique au potentiel de réutilisation, et à la formation des enseignants.

En clôture de la matinée, Fabien Borget est revenu sur le cadre de la Science Ouverte qui structure et redéfinit l’ensemble. Cette émulation n’est pas limitée à l’Europe, l’influence grandissante de l’association internationale Research Data Alliance le prouve. La sauvegarde et la réutilisation des données de la recherche ne sont envisageables que si des réflexions sont conduites pour maintenir les infrastructures, stratégiques dans une politique de Science Ouverte, comme l’a également souligné le retour d’expérience de l’Inra. Les initiatives sont nombreuses, et face à ce potentiel il est nécessaire de rationaliser les pratiques et créer une dynamique durable dans la préservation et aussi dans la réutilisation des données de la recherche ; la bonne nouvelle, c’est que c’est ce que nous avons l’ambition de faire à AMU.

Récupérer son postprint, c’est possible !

Le postprint, ou AAM pour “author accepted manuscript”, ou “version auteur”, ou “final draft”, ou “final draft post refeering” est la version validée de votre publication, celle sur laquelle vous êtes tombé d’accord avec l’éditeur, avant le travail de mise en page éditoriale. C’est cette version dont il est question dans la loi numérique également, et celle qu’il vous est demandé de déposer dans HAL AMU – lorsque le pdf éditeur n’est pas autorisé.

De plus en plus souvent les éditeurs vous demandent de soumettre vos articles sur leurs plateformes éditoriales, d’y apporter les corrections demandées et de valider la version finale en ligne, sans vous renvoyer ce fameux postprint. Et du coup vous n’avez plus le texte intégral de votre publication à déposer. Que faire ?

L’équipe d’Open Access Button a eu la bonne idée de rassembler une liste des instructions pour récupérer son postprint chez les différents éditeurs : Direct2AAM, c’est son nom, vous indique pour chaque éditeur et/ou chaque plateforme de soumission par quel chemin retrouver et télécharger votre version auteur. Tous les éditeurs ne sont pas encore disponibles, mais le site s’enrichit des contributions de ses utilisateurs. Voilà qui devrait vous aider pour le bonus 2018 !


Du neuf en 2019 !

HAL AMU

2018 a été une année record en terme de dépôt de texte intégral sur HAL AMU : 8106 documents, c’est 76% de plus que l’année précédente ! Les articles (4897) et les communications (814) restent les documents les plus déposés, suivis par les chapitres d’ouvrages (499). Et au cours de ce mois de janvier, vous avez déjà déposé plus de 500 documents !

La modération

L’équipe OA s’est agrandie en fin d’année, tout d’abord avec l’arrivée de Philippe Vezie en septembre. Vous avez sans doute pu constater que le délai de mise en ligne de vos documents a raccourci : en effet, depuis octobre, c’est Philippe qui prend en charge la modération des dépôts en texte intégral, c’est à dire qu’il vérifie tous vos dépôts localement, et vous contacte en cas de besoin (fichier erroné ou manquant, etc). Seule condition pour bénéficier de cette modération locale : déposer dans le portail HAL AMU. Si vous déposez dans un autre portail (HAL générique, HAL SHS…) vos documents seront modérés par les équipes du CCSD ou de l’INIST, qui gèrent ces opérations pour toute la France, avec du coup des délais de traitement plus longs. Philippe met également à jour les référentiels de HAL et crée des collections, vous pouvez aussi le contacter si vous rencontrez des difficultés au moment du dépôt.

Les données de recherche

Un peu plus tard c’est Caroline-Sophie Donati, que nous avons accueillie au sein de l’équipe, elle est chargée des données de la recherche : c’est elle qui doit mettre en musique le projet de gestion des données de recherche de l’université retenu dans le cadre du schéma directeur du numérique (SDN) 2019-2022. Elle va dans un premier temps faire un état des lieux des besoins et des pratiques en cours sur AMU, puis voir comment compléter les dispositifs existants et proposer des solutions pour les besoins non satisfaits. Un comité de pilotage est en cours de constitution.

Le bonus

Les consignes pour le bonus sont arrivées dans les laboratoires, nous voyons le volume de dépôts augmenter doucement… La date limite est fixée au 6 mai 2019 : nous sommes à votre disposition pendant toute cette période pour vous aider et vous accompagner dans vos dépôts, n’hésitez pas à nous contacter : archiveouverte@univ-amu.fr

Toute l’équipe vous souhaite une excellente année 2019 !

Une rentrée optimHAL

25 000 documents dans HAL AMU

L’archive ouverte HAL AMU permet désormais de consulter plus de 25 000 documents accessibles en texte intégral et en accès ouvert. Outre le contexte législatif, les politiques engagées défendues par notre gouvernance et par nos presses universitaires (PUP et PUAM) ont permis de simplifier le dépôt dans l’archive ouverte. Alimenté par la communauté des chercheurs qui déposent eux-mêmes leurs travaux de recherche, HAL AMU poursuit ainsi sa mission de diffusion et de valorisation de la production scientifique d’Aix-Marseille Université.   

Déposer des logiciels dans HAL AMU, c’est possible

Un nouveau type de document peut désormais être déposé dans l’archive ouverte HAL : le logiciel. Comment procéder très concrètement ?

  1. Vous déposez une archive du code source et vous renseignez les métadonnées pour décrire le document
  2.  Une fois le dépôt validé, vous pouvez choisir de transférer dans Software Heritage qui va générer un identifiant unique, un SWD-ID.

Quel intérêt d’avoir un SWD-ID ? Cet identifiant unique permet la traçabilité du code source. Le dépôt dans HAL peut être directement mis à jour grâce à cet identifiant.


Plus d’infos : https://doc.archives-ouvertes.fr/deposer/deposer-le-code-source/

Un nouveau membre du trio au service de l’Open Access à AMU

Après les départs d’Amélie Ferrigno et de Marine Soubrié, qui poursuivent leurs carrières professionnelles respectives vers d’autres horizons, l’équipe Open Access du SCD d’AMU accueille depuis le 1er septembre un nouveau collaborateur, Philippe Vézie.

Pour nous contacter, l’adresse reste inchangée : archiveouverte@univ-amu.fr

Bonne rentrée universitaire à toutes et à tous !

Lecture d’été

A emporter sur la plage au format papier, tablette ou liseuse, voici un ouvrage  incontournable pour comprendre les enjeux et le fonctionnement de l’accès ouvert :
Qu’est-ce que l’accès ouvert ?
Peter Suber, traduit par Marie Lebert
“Dans ce livre court, Peter Suber explique ce qu’est l’accès ouvert et ce qu’il n’est pas, ses avantages pour les auteurs et leurs lecteurs, la manière de le financer, sa compatibilité avec le droit d’auteur, la façon dont le mouvement pour l’accès ouvert est passé d’un mouvement confidentiel à un mouvement global, et enfin ses perspectives d’avenir.
Basé sur les recherches et les écrits de l’auteur pendant une dizaine d’années, ce livre s’avère un outil indispensable pour les chercheurs,…”

Bonne lecture, et bel été !

Parfois, le dépôt du pdf éditeur est autorisé sur une archive ouverte

Bon à savoir : quand vous avez publié dans une revue en open access, et que votre laboratoire (ou celui de vos co-auteurs), a payé des frais de publication (Article Processing Charges, APC), si la revue en demande, vous pouvez déposer dans HAL AMU, et sans délai, le pdf éditeur de votre article. En général, l’article a été publié avec une licence Creative Commons, qui autorise de reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre au public à titre gratuit, en respectant certaines conditions (notamment l’attribution de la paternité de l’article).
Donc quand vous déposez la notice de votre article publié dans une des revues de PLOS, de MDPI, d’Hindawi, de BioMed Central, de Frontiers In, ou dans les 2 revues OA du groupe Nature (Scientific reports et Nature communications), n’hésitez pas à ajouter le texte intégral de l’article !
Pour vous y retrouver, Sherpa/Romeo a concocté une liste de tous les éditeurs qui autorisent le dépôt du pdf éditeur dans une archive ouverte : il y en a presque 1000 !

Puis-je déposer dans HAL AMU un article publié par un éditeur étranger ?

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) vient de diffuser un guide pour informer de manière simple les chercheurs et enseignants-chercheurs des nouveaux droits que la loi pour une République numérique d’octobre 2016 leur a ouverts pour la diffusion de leurs écrits publiés dans des revues scientifiques.

Le guide donne des précisions sur la portée de la loi en ce qui concerne les articles publiés par des éditeurs étrangers :

“L’article 30 de la loi précise que les “dispositions du présent article
sont d’ordre public et [que] toute clause contraire à celles-ci est
réputée non écrite”. Cette affirmation concerne donc également les
contrats signés avec des éditeurs étrangers.”

Source : Guide d’application de la loi pour une république numérique (article 30)
[Photo by asoggetti on Unsplash]

De nouveaux tutoriels pour le dépôt dans HAL

Le CCSD et l’INIST proposent de nouveaux tutoriels pour vous aider à déposer dans HAL :
Comment qualifier mon fichier : fichier auteur ou fichier éditeur ?
Comment ajouter des données supplémentaires
Comment appliquer une durée d’embargo
Où stocker des fichiers volumineux
Que sont les Article Processing Charges (APC) 
Les licences Creative Commons

Ils viennent utilement compléter les tutoriels de base :
Déposer dans HAL
Comment ajouter un fichier à une notice bibliographique ?

Un Glossaire des termes utilisés dans HAL est également disponible dans la documentation de HAL.

8 bonnes façons d’arriver à 20000 documents en texte intégral dans son archive ouverte

1. Une gouvernance engagée

La mise en place du portail institutionnel HAL AMU a été la première étape d’une politique volontariste de l’université en faveur de l’open access et de l’open science, jalonnée par la signature de la Déclaration de Berlin, document fondateur de l’accès ouvert, dès 2015, et plus récemment de l’Appel de Jussieu  pour la science ouverte et la bibliodiversité.

2. Un soutien financier solidaire

Cette politique s’est également matérialisée par le concours financier que l’université apporte à plusieurs services de valorisation de la science ouverte, comme le DOAJ, le DOAB ou SPARC Europe, et par le soutien au programme Freemium d’OpenEdition, piloté par le CLEO dont elle est co-tutelle.

3. Une incitation positive

Un dispositif incitatif pour le dépôt de la production scientifique des laboratoires sur HAL a été mis en place : depuis 2017, la moitié du « bonus recherche » des unités est basée sur le nombre de dépôts effectués dans HAL AMU.

4. Une équipe dédiée

L’administration de HAL AMU et l’animation de la communauté sur ces questions ont été confiées au Service Commun de Documentation. Pour remplir ces nouvelles missions, le SCD a constitué une équipe dédiée composée de 2 conservatrices de bibliothèques, spécialistes de l’open access. La « cellule OA » est ainsi chargée d’administrer l’archive ouverte, de sensibiliser les enseignants-chercheurs en les formant au dépôt et à l’utilisation de l’archive ouverte, et d’accompagner les laboratoires dans leur stratégie de valorisation scientifique, ainsi que dans le déploiement de leurs projets de recherche en open access.

5. Une collaboration inter-services pour une offre de service adaptée

L’équipe OA a mis au point une offre de service souple pour s’adapter aux besoins des laboratoires, et intégrée avec celle de la Direction de la recherche et de la valorisation (DRV) sur les questions de bibliométrie. Le Service commun de la documentation et la DRV collaborent pour le travail sur le bonus, organisent des formations pour les chercheurs en binôme, et partagent la valorisation des publications pour les projets, notamment européens.

6. Des presses universitaires motivées

AMU s’est également dotée d’une politique éditoriale ambitieuse pour ses presses universitaires, qui va au-delà des conditions de dépôt dans une archive ouverte précisées par l’article 30 de la Loi pour une République numérique, en autorisant le dépôt sans embargo, et dans leur version éditorialisée, des articles de revues des Presses universitaires de Provence.

7. Un contexte juridique favorable à l’open access

La cellule OA sensibilise les enseignants-chercheurs aux problématiques de droits d’auteur et répond aux questions qu’ils se posent dans le cadre de leurs échanges avec les éditeurs. Sa mission consiste également à informer la communauté universitaire des droits dont elle peut se prévaloir en matière de diffusion en open access, suite à l’adoption de la loi pour une République numérique.

8. Des formations personnalisées

La sensibilisation des communautés de recherche s’est traduite par de nombreuses rencontres sur tous les sites de l’université : en trois ans, plus de 265 heures de formation ont été assurées par la cellule OA, touchant plus de 660 membres de la communauté universitaire.

La Journée OA AMU comme si vous étiez !

Temps fort de l’année 2017, la journée Open Access de l’Université d’Aix-Marseille, animée par Marie Masclet de Barbarin, VP CA, a permis de revenir sur les dispositifs et les engagements en faveur de l’open access soutenus par l’Université. Nous avons le plaisir de vous annoncer que les vidéos sont désormais en ligne sur la chaîne youtube AMU. Bon visionnage !

  •  Introduction de la journée Open Access AMU par Marie Masclet de Barbarin, VP CA :

  •  La loi pour une République numérique par Isabelle Gras (SCD AMU) et Philippe Mouron (LID2MS) :

  •  La politique OA des Presses universitaires de Provence par Charles Zaremba (PUP)

  • Le point bonus recherche par Carine Dou Goarin (DRV AMU)

L’équipe Open Access reste à votre écoute pour vous accompagner dans vos projets d’open access : archiveouverte@univ-amu.fr

Récupérer une version post-print d’une revue Elsevier

Vous avez publié chez Elsevier mais n’avez pas conservé votre version acceptée pour publication ? Vous pouvez désormais en récupérer une copie en suivant la procédure suivante, indiquée par l’éditeur :
1) Connectez-vous au service de soumission de l’éditeur (EES), cliquez sur “Submission with a decision”
2) Sur la page listant vos soumissions, sélectionnez l’article dont vous voulez récupérer la version.
3) Une boite de dialogue va vous proposer de télécharger la version acceptée pour publication de votre manuscrit.
Il ne vous reste plus ensuite qu’à la déposer dans HAL AMU !

HAL AMU, cap sur 2018

Déjà trois ans que le portail HAL AMU a été créé, en décembre 2014.
Force est de constater que la communauté universitaire s’est saisie de l’outil pour diffuser en open access ses travaux scientifiques. Plus de 19 000 documents déposés dans HAL AMU en texte intégral sont consultables gratuitement pour tous. Ces documents sont repérables depuis Google et Google Scholar ainsi que depuis des moteurs de recherche scientifiques tels que Isidore, OAISTER et BASE, pour n’en citer que quelques-uns. Rappelons que tout l’intérêt du dépôt dans HAL est d’élargir la visibilité des productions scientifiques, dans le cadre d’un dispositif encadré nationalement.

L’impact de l’article 30 de la loi pour une République numérique a permis de lever les barrières juridiques qui pouvaient se poser pour le dépôt des articles de revue notamment. Le choix des Presses universitaires de Provence de proposer des conditions de diffusion sur HAL AMU plus favorables que les dispositions législatives a également constitué un engagement  fort. Notre université a d’ailleurs rappelé cette politique engagée dans son dossier consacré à HAL AMU d’octobre 2017 ainsi que lors de sa journée Open Access.

Cette dynamique s’est traduite par de nombreuses rencontres au sein des laboratoires. La cellule Open Access est intervenue sur l’ensemble des sites aixois et marseillais de l’Université, pour assurer plus de 120 heures de formation. Ces échanges se sont souvent concrétisés par le souhait pour les laboratoires de disposer de leur propre collection, afin de valoriser au mieux les travaux de leurs chercheurs. La page des collections des laboratoires AMU s’est d’ailleurs étoffée dans toutes les disciplines.

Toute l’équipe OA vous remercie pour votre implication dans le déploiement de HAL AMU, et reste à votre disposition pour poursuivre cette collaboration en faveur de l’Open Access en 2018 !