8 bonnes façons d’arriver à 20000 documents en texte intégral dans son archive ouverte

1. Une gouvernance engagée

La mise en place du portail institutionnel HAL AMU a été la première étape d’une politique volontariste de l’université en faveur de l’open access et de l’open science, jalonnée par la signature de la Déclaration de Berlin, document fondateur de l’accès ouvert, dès 2015, et plus récemment de l’Appel de Jussieu  pour la science ouverte et la bibliodiversité.

2. Un soutien financier solidaire

Cette politique s’est également matérialisée par le concours financier que l’université apporte à plusieurs services de valorisation de la science ouverte, comme le DOAJ, le DOAB ou SPARC Europe, et par le soutien au programme Freemium d’OpenEdition, piloté par le CLEO dont elle est co-tutelle.

3. Une incitation positive

Un dispositif incitatif pour le dépôt de la production scientifique des laboratoires sur HAL a été mis en place : depuis 2017, la moitié du « bonus recherche » des unités est basée sur le nombre de dépôts effectués dans HAL AMU.

4. Une équipe dédiée

L’administration de HAL AMU et l’animation de la communauté sur ces questions ont été confiées au Service Commun de Documentation. Pour remplir ces nouvelles missions, le SCD a constitué une équipe dédiée composée de 2 conservatrices de bibliothèques, spécialistes de l’open access. La « cellule OA » est ainsi chargée d’administrer l’archive ouverte, de sensibiliser les enseignants-chercheurs en les formant au dépôt et à l’utilisation de l’archive ouverte, et d’accompagner les laboratoires dans leur stratégie de valorisation scientifique, ainsi que dans le déploiement de leurs projets de recherche en open access.

5. Une collaboration inter-services pour une offre de service adaptée

L’équipe OA a mis au point une offre de service souple pour s’adapter aux besoins des laboratoires, et intégrée avec celle de la Direction de la recherche et de la valorisation (DRV) sur les questions de bibliométrie. Le Service commun de la documentation et la DRV collaborent pour le travail sur le bonus, organisent des formations pour les chercheurs en binôme, et partagent la valorisation des publications pour les projets, notamment européens.

6. Des presses universitaires motivées

AMU s’est également dotée d’une politique éditoriale ambitieuse pour ses presses universitaires, qui va au-delà des conditions de dépôt dans une archive ouverte précisées par l’article 30 de la Loi pour une République numérique, en autorisant le dépôt sans embargo, et dans leur version éditorialisée, des articles de revues des Presses universitaires de Provence.

7. Un contexte juridique favorable à l’open access

La cellule OA sensibilise les enseignants-chercheurs aux problématiques de droits d’auteur et répond aux questions qu’ils se posent dans le cadre de leurs échanges avec les éditeurs. Sa mission consiste également à informer la communauté universitaire des droits dont elle peut se prévaloir en matière de diffusion en open access, suite à l’adoption de la loi pour une République numérique.

8. Des formations personnalisées

La sensibilisation des communautés de recherche s’est traduite par de nombreuses rencontres sur tous les sites de l’université : en trois ans, plus de 265 heures de formation ont été assurées par la cellule OA, touchant plus de 660 membres de la communauté universitaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.