Enquête sur les pratiques de développement et d’archivage des codes et logiciels : bilan

Au mois de mars, nous vous avions annoncé que la Cellule Science Ouverte du Service Commun de Documentation lançait une enquête sur les pratiques de développement et d’archivage des codes et logiciels à Aix-Marseille Université.

Cette enquête, d’une durée de 3 mois, nous a permis d’obtenir une vue d’ensemble sur les usages exercés au sein de notre communauté, en vue de faire évoluer notre offre de formation auprès des structures de recherche.

Nous souhaitons, à travers ce billet, partager les résultats de cette enquête, que vous pouvez également partager au sein de vos équipes. Les résultats sont également disponibles sur HAL.

Les points à retenir de l’enquête

Panel des répondants

Il y a eu au total 82 répondants à l’enquête, constitués en majeure partie d’enseignants-chercheurs et, dans une moindre mesure, d’agents ITRF et BIATSS, issus majoritairement des secteurs Sciences et techniques, Médecine et Lettres et sciences humaines.

En ce qui concerne la fréquence de l’activité de développement, la plupart des répondants est amenée à développer des codes quotidiennement ou   fréquemment. Nous avons donc un panel de répondants, bien que non exhaustif, relativement expérimentés.

 

Les environnements de développement

Dans un second temps, nous avons souhaité en savoir davantage sur les outils techniques et les langages utilisés par les répondants du panel.

Ainsi, les langages les plus populaires sont en premier lieu Python (55% des répondants), C++ (21%), C (12%) et Java (11%). MatLab semble également être assez utilisé.
Dans une moindre proportion, on retrouve d’autres langages tels que le Perl, le Fortran ou Julia par exemple.

 

 

Les usages de ces codes et logiciels sont riches et variés : analyse et visualisation de données, calcul intensif ou encore intelligence artificielle sont parmi les usages les plus répandus.

Pour accompagner ces usages, les logiciels les plus utilisés en tant qu’IDE (Integrated Development Environment ou environnement intégré de développement) par les répondants sont Visual Studio Code, PyCharm, Jupyter Notebook ou encore Eclipse, et les outils et plateformes de versioning (ou forges logicielles) sont GitHub, GitLab ou encore BitBucket.

Les forges logicielles sont également utilisées pour la conservation des codes et logiciels, en complément d’espaces d’hébergement “dans le cloud” ou de supports physiques.

L’usage des licences est également assez répandu parmi les répondants, avec surtout les licences de types GNU-GPL qui sont fortement utilisées, ainsi que les licences MIT et BSD, dans une moindre mesure.

L’archivage des codes avec SoftWare Heritage

Nous avons ensuite demandé aux répondants si l’archive des codes et logiciels SoftWare Heritage leur étaient connue, et si oui, l’usage qu’ils en avaient.

Le projet SoftWare Heritage, lancé en 2016 par l’INRIA, ne semble pas encore bien ancré dans les pratiques, car 2 répondants sur 3 ne connaissent pas du tout cette archive, et au final, 5% seulement déposent leurs codes-source dans cette archive.

De même, l’interopérabilité entre SoftWare Heritage et HAL ne semble pas répandue, malgré la possibilité d’améliorer la citation du code déposé grâce au SWHID (SoftWare Heritage ID) : à peine 8% des développeurs qui déposent leurs codes dans SoftWare Heritage les référencent ensuite dans HAL.

 

Pour conclure

A travers cette enquête, nous avons pu constater que les pratiques de développement sont riches et variées au sein de notre université, mais que celles d’archivage des codes-source sont encore peu répandues.

Nous constatons cependant un réel besoin concernant les questions d’archivage des codes et logiciels : nous allons donc proposer une offre de  formation et des sensibilisations au sein des laboratoires et des instituts sur le sujet ; nous invitons d’ores et déjà les structures de recherche intéressées à nous contacter afin de pouvoir mettre en place des actions au sein de leur unité.



Citer ce billet
jcaugant (2023, 25 juin). Enquête sur les pratiques de développement et d’archivage des codes et logiciels : bilan. Le réservoar. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sh0b

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search