FAIRe vivre les données de recherche : retours d’expérience sur l’organisation, la préservation et le partage

Le 13 décembre 2018 le groupe Dialogu’IST, réseau Renatis, a animé le 7e atelier de formation sur la thématique de gestion et de valorisation des données de la recherche dans les laboratoires. Cet atelier fut l’occasion de divers retours d’expérience sur l’organisation, la préservation et le partage des données de la recherche. Autour de la question « Comment FAIRe vivre les données », différents acteurs, professionnels de l’Information Scientifique et Technique (IST), ingénieurs de recherche, scientifiques ou informaticiens, ont partagé leurs projets, leurs pratiques, leurs besoins. Rappelé par Francis André, l’objectif des principes FAIR est de favoriser la découverte, l’accès, l’interopérabilité et la réutilisation des données partagées. Chaque principe se décline pour faciliter l’utilisation par les hommes et les machines des données de la recherche. Cette émulation, autour de la Science Ouverte et de la gestion des données, stimule la réflexion et encourage les initiatives dans le cadre de l’engagement d’AMU et du projet « données de la recherche ». Parmi les présentations nous avons choisi de présenter trois expériences partagées par nos collègues de Strasbourg, Lyon et Paris.

En introduction, Fabien Borget, enseignant – chercheur à Aix-Marseille Université, a insisté sur l’importance et l’enjeu des données de la recherche dans le mouvement de la Science Ouverte. Des initiatives majeures, soutenues par l’État, structurent le paysage des publications et des données. Cela favorise l’émergence de divers projets et place chercheurs, informaticiens et professionnels de l’IST au cœur du phénomène. De nouvelles compétences, de nouveaux métiers émergent dans un élan de production collaborative.

Marc Schaming, ingénieur de recherche à l’IPGS de Strasbourg, et Alice Frémand, Research Data Manager à l’EOST de Strasbourg ont présenté les principales actions du centre de données de géothermie profonde (CDGP). Dans le respect des droits de propriété intellectuelle et des principes FAIR, le CDGP a pour mission de collecter, décrire, préserver, contrôler, distribuer et gérer les données des différents projets de géothermie en Alsace. Lancée début 2016, la plateforme dispose aujourd’hui de l’infrastructure nécessaire pour remplir ses missions, et est pleinement opérationnelle. L’objectif est désormais d’obtenir une certification et de continuer à assimiler et distribuer les données anciennes, pour ajouter progressivement les données actuellement acquises.

L’équipe de stockage du centre de calcul de l’IN2P3 à Lyon, représentée par Jean-Yves Nief et Yonny Cardenas, ingénieurs de recherche, travaille sur une problématique clé : la conservation et le stockage à long terme des données. Que faire des données ? Les garder (combien de temps), les effacer ? Pour conduire cette réflexion, le quadriptyque : juriste, informaticien, chercheur, professionnel de l’IST est essentiel pour mettre en place et développer, dans le temps, une politique de gestion des données et d’Open Data (plans de gestion de données, archivage intermédiaire, etc.). Il est indispensable de sensibiliser les acteurs pour clarifier l’avenir des données. Leur rôle central est de structurer et d’organiser la communauté scientifique pour la convaincre de conserver ses données. Pour économiser sur le stockage, il faut améliorer le cycle de vie des données, conduire une réflexion constante pour la mise en place de plans de gestion de données et formaliser les pratiques. Grâce à une politique claire et établie entre les expériences et les projets il sera possible d’identifier rapidement les données en fin de vie et leur devenir.

Enfin, le cas de la banque d’enquêtes BeQuali, ou comment mettre en œuvre le principe FAIR et l’appliquer aux données d’enquêtes qualitatives en SHS. Sarah Cadorel, ingénieure d’études chargée des archives au CDSP, et Guillaume Garcia, chargé d’études au CDSP, responsable de la banque d’enquête BeQuali, ont partagé leur expérience du traitement d’enquêtes qualitatives. Le portail propose un catalogue d’enquêtes de SHS réalisées à partir de méthodes qualitatives (observations, entretiens, focus groups…). Il s’inscrit dans une démarche de préservation des données de la recherche en proposant des ressources et des outils pour l’enseignement des méthodes et la production de nouvelles recherches. Comment traiter les enquêtes ? La plupart des données qualitatives (entretiens, notes d’observations, corpus documentaire, etc.) collectées depuis les années 60 ont disparu ou risquent de disparaître sous peu tant elles sont conservées dans de mauvaises conditions. La nécessité de combler ce retard est devenue une évidence et les initiatives se sont multipliées depuis une dizaine d’années. Aujourd’hui ce dispositif d’apprentissage et de partage des enquêtes qualitatives en SHS doit s’enrichir. L’équipe, qui dispose de ses propres développeurs, œuvre à l’enrichissement du catalogue, à la mise en place de plans de gestion des données, à la sensibilisation de la communauté académique au potentiel de réutilisation, et à la formation des enseignants.

En clôture de la matinée, Fabien Borget est revenu sur le cadre de la Science Ouverte qui structure et redéfinit l’ensemble. Cette émulation n’est pas limitée à l’Europe, l’influence grandissante de l’association internationale Research Data Alliance le prouve. La sauvegarde et la réutilisation des données de la recherche ne sont envisageables que si des réflexions sont conduites pour maintenir les infrastructures, stratégiques dans une politique de Science Ouverte, comme l’a également souligné le retour d’expérience de l’Inra. Les initiatives sont nombreuses, et face à ce potentiel il est nécessaire de rationaliser les pratiques et créer une dynamique durable dans la préservation et aussi dans la réutilisation des données de la recherche ; la bonne nouvelle, c’est que c’est ce que nous avons l’ambition de faire à AMU.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.