Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés – Journée d’étude

“Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés “

Jeudi 3 octobre à la MMSH d’Aix-en-Provence

 
Cette journée d’étude s’inscrit dans le prolongement de l’ouvrage La Diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques publié aux PUP en octobre dernier dont les textes sont consultables en open access.

Afin d’actualiser les réflexions de l’ouvrage, mais aussi d’aborder de nouvelles problématiques, le groupe de travail Ethique & Droit organise, avec le soutien de l’URFIST Méditerranée, de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence et du Service commun de documentation d’Aix-Marseille Université, une journée d’étude intitulée « Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés », le jeudi 3 octobre à la MMSH d’Aix-en-Provence.  

S’inscrivant dans la dynamique de la science ouverte, cette journée d’étude présentera l’actualité juridique et éthique de la diffusion des données en SHS tout en précisant les orientations actuelles des institutions d’enseignement et de recherche en la matière. De nouvelles problématiques, comme celles soulevées par les archives du web, seront également abordées. Un cas pratique de signature d’un contrat d’utilisation de données sera proposé lors de la table ronde de l’après-midi. Enfin, les retours d’expériences de deux utilisateurs du Guide illustreront les possibilités de mises en œuvre effectives de pratiques de diffusion des données numériques.

L’inscription est gratuite mais obligatoire sur le site de l’URFIST Méditerranée : https://sygefor.reseau-urfist.fr/#/training/8112/9067

En attendant de vous rencontrer lors de cette journée d’étude, l’équipe Open Access vous souhaite une excellente rentrée universitaire !

Programme :

Jeudi 3 octobre 2019 –  MMSH d’Aix en Provence

8h45 – 9h15 : Café d’accueil

  • 9h15- 9h30 : Introduction de la journée par Marie Masclet de Barbarin (VP CA d’Aix Marseille Université)
  • 9h30-10h : Carte blanche à Odile Contat (DIST-RD)
  • 10h-10h30 : Pourquoi faut-il diffuser les données ? Lionel Maurel (directeur adjoint scientifique à l’INSHS)
  • 10h30-10h45 Diffusion des données : les pratiques de la TGIR Huma-Num par Olivier Baude (directeur de la TGIR)
  • 10h45-11h : Questions /échanges

11h-11h15 : Pause

  • 11h15-12h15 : Table ronde “Diffuser des données aujourd’hui : enjeux juridiques et éthiques” animée par Philippe Mouron (Aix Marseille Université – LID2M) et Isabelle Gras (SCD AMU) > Intervenants :
    • Emilie Debaets  (Université Toulouse 1 Capitole, Institut Maurice Hauriou) 
    • Equipe Bequali de Sciences Po Paris 
    • Equipe MEMORIA (MAP – Modèles et simulations pour l’Architecture et le Patrimoine)
  • 12h15-12h30 : Questions /échanges

12h30-14h : Pause déjeuner

  • 14h00-14h30 : Archives du Web, “la cathédrale et le bazar” par Valérie Schafer (C²DH, Université du Luxembourg) introduite par Sophie Gebeil (Aix Marseille Université – Espe)
  • 14h30-14h45 : Questions /échanges
  • 14h45-15h45 : Atelier « Le témoin, le chercheur, l’archiviste et le juriste : signer un contrat pour des entretiens enregistrés : lequel et pourquoi ? » animée par Myriam Fellous Sigrist (King’s College London) et Véronique Ginouvès (phonothèque MMSH) > Intervenantes :
    • Florence Descamps (EPHE -PSL)
    • Anne-Marie Granet-Abisset (Université Grenoble-Alpes, directrice déléguée du LARHRA)
    • Anne Laure Stérin (juriste)
  • 15h45-16h : Questions/échanges

16h-16h15 : Pause

  • 16h15- 16h45 : Les retour d’expérience de deux utilisateurs du Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques*
    • Françoise Acquier (CRESSON) : “Le carnet Ethique & droit comme corpus pour animer un atelier doctoral autour du droit à l’image”
    • Joël Gombin (co-fondateur de Datactivist et chercheur en science politique)
  • 16h45-17h : Conclusion de la journée par Gabriel Gallezot (Urfist Méditerranée)

FAIRe vivre les données de recherche : retours d’expérience sur l’organisation, la préservation et le partage

Le 13 décembre 2018 le groupe Dialogu’IST, réseau Renatis, a animé le 7e atelier de formation sur la thématique de gestion et de valorisation des données de la recherche dans les laboratoires. Cet atelier fut l’occasion de divers retours d’expérience sur l’organisation, la préservation et le partage des données de la recherche. Autour de la question « Comment FAIRe vivre les données », différents acteurs, professionnels de l’Information Scientifique et Technique (IST), ingénieurs de recherche, scientifiques ou informaticiens, ont partagé leurs projets, leurs pratiques, leurs besoins. Rappelé par Francis André, l’objectif des principes FAIR est de favoriser la découverte, l’accès, l’interopérabilité et la réutilisation des données partagées. Chaque principe se décline pour faciliter l’utilisation par les hommes et les machines des données de la recherche. Cette émulation, autour de la Science Ouverte et de la gestion des données, stimule la réflexion et encourage les initiatives dans le cadre de l’engagement d’AMU et du projet « données de la recherche ». Parmi les présentations nous avons choisi de présenter trois expériences partagées par nos collègues de Strasbourg, Lyon et Paris.

En introduction, Fabien Borget, enseignant – chercheur à Aix-Marseille Université, a insisté sur l’importance et l’enjeu des données de la recherche dans le mouvement de la Science Ouverte. Des initiatives majeures, soutenues par l’État, structurent le paysage des publications et des données. Cela favorise l’émergence de divers projets et place chercheurs, informaticiens et professionnels de l’IST au cœur du phénomène. De nouvelles compétences, de nouveaux métiers émergent dans un élan de production collaborative.

Marc Schaming, ingénieur de recherche à l’IPGS de Strasbourg, et Alice Frémand, Research Data Manager à l’EOST de Strasbourg ont présenté les principales actions du centre de données de géothermie profonde (CDGP). Dans le respect des droits de propriété intellectuelle et des principes FAIR, le CDGP a pour mission de collecter, décrire, préserver, contrôler, distribuer et gérer les données des différents projets de géothermie en Alsace. Lancée début 2016, la plateforme dispose aujourd’hui de l’infrastructure nécessaire pour remplir ses missions, et est pleinement opérationnelle. L’objectif est désormais d’obtenir une certification et de continuer à assimiler et distribuer les données anciennes, pour ajouter progressivement les données actuellement acquises.

L’équipe de stockage du centre de calcul de l’IN2P3 à Lyon, représentée par Jean-Yves Nief et Yonny Cardenas, ingénieurs de recherche, travaille sur une problématique clé : la conservation et le stockage à long terme des données. Que faire des données ? Les garder (combien de temps), les effacer ? Pour conduire cette réflexion, le quadriptyque : juriste, informaticien, chercheur, professionnel de l’IST est essentiel pour mettre en place et développer, dans le temps, une politique de gestion des données et d’Open Data (plans de gestion de données, archivage intermédiaire, etc.). Il est indispensable de sensibiliser les acteurs pour clarifier l’avenir des données. Leur rôle central est de structurer et d’organiser la communauté scientifique pour la convaincre de conserver ses données. Pour économiser sur le stockage, il faut améliorer le cycle de vie des données, conduire une réflexion constante pour la mise en place de plans de gestion de données et formaliser les pratiques. Grâce à une politique claire et établie entre les expériences et les projets il sera possible d’identifier rapidement les données en fin de vie et leur devenir.

Enfin, le cas de la banque d’enquêtes BeQuali, ou comment mettre en œuvre le principe FAIR et l’appliquer aux données d’enquêtes qualitatives en SHS. Sarah Cadorel, ingénieure d’études chargée des archives au CDSP, et Guillaume Garcia, chargé d’études au CDSP, responsable de la banque d’enquête BeQuali, ont partagé leur expérience du traitement d’enquêtes qualitatives. Le portail propose un catalogue d’enquêtes de SHS réalisées à partir de méthodes qualitatives (observations, entretiens, focus groups…). Il s’inscrit dans une démarche de préservation des données de la recherche en proposant des ressources et des outils pour l’enseignement des méthodes et la production de nouvelles recherches. Comment traiter les enquêtes ? La plupart des données qualitatives (entretiens, notes d’observations, corpus documentaire, etc.) collectées depuis les années 60 ont disparu ou risquent de disparaître sous peu tant elles sont conservées dans de mauvaises conditions. La nécessité de combler ce retard est devenue une évidence et les initiatives se sont multipliées depuis une dizaine d’années. Aujourd’hui ce dispositif d’apprentissage et de partage des enquêtes qualitatives en SHS doit s’enrichir. L’équipe, qui dispose de ses propres développeurs, œuvre à l’enrichissement du catalogue, à la mise en place de plans de gestion des données, à la sensibilisation de la communauté académique au potentiel de réutilisation, et à la formation des enseignants.

En clôture de la matinée, Fabien Borget est revenu sur le cadre de la Science Ouverte qui structure et redéfinit l’ensemble. Cette émulation n’est pas limitée à l’Europe, l’influence grandissante de l’association internationale Research Data Alliance le prouve. La sauvegarde et la réutilisation des données de la recherche ne sont envisageables que si des réflexions sont conduites pour maintenir les infrastructures, stratégiques dans une politique de Science Ouverte, comme l’a également souligné le retour d’expérience de l’Inra. Les initiatives sont nombreuses, et face à ce potentiel il est nécessaire de rationaliser les pratiques et créer une dynamique durable dans la préservation et aussi dans la réutilisation des données de la recherche ; la bonne nouvelle, c’est que c’est ce que nous avons l’ambition de faire à AMU.