FAIRe vivre les données de recherche : retours d’expérience sur l’organisation, la préservation et le partage

Le 13 décembre 2018 le groupe Dialogu’IST, réseau Renatis, a animé le 7e atelier de formation sur la thématique de gestion et de valorisation des données de la recherche dans les laboratoires. Cet atelier fut l’occasion de divers retours d’expérience sur l’organisation, la préservation et le partage des données de la recherche. Autour de la question « Comment FAIRe vivre les données », différents acteurs, professionnels de l’Information Scientifique et Technique (IST), ingénieurs de recherche, scientifiques ou informaticiens, ont partagé leurs projets, leurs pratiques, leurs besoins. Rappelé par Francis André, l’objectif des principes FAIR est de favoriser la découverte, l’accès, l’interopérabilité et la réutilisation des données partagées. Chaque principe se décline pour faciliter l’utilisation par les hommes et les machines des données de la recherche. Cette émulation, autour de la Science Ouverte et de la gestion des données, stimule la réflexion et encourage les initiatives dans le cadre de l’engagement d’AMU et du projet « données de la recherche ». Parmi les présentations nous avons choisi de présenter trois expériences partagées par nos collègues de Strasbourg, Lyon et Paris.

En introduction, Fabien Borget, enseignant – chercheur à Aix-Marseille Université, a insisté sur l’importance et l’enjeu des données de la recherche dans le mouvement de la Science Ouverte. Des initiatives majeures, soutenues par l’État, structurent le paysage des publications et des données. Cela favorise l’émergence de divers projets et place chercheurs, informaticiens et professionnels de l’IST au cœur du phénomène. De nouvelles compétences, de nouveaux métiers émergent dans un élan de production collaborative.

Marc Schaming, ingénieur de recherche à l’IPGS de Strasbourg, et Alice Frémand, Research Data Manager à l’EOST de Strasbourg ont présenté les principales actions du centre de données de géothermie profonde (CDGP). Dans le respect des droits de propriété intellectuelle et des principes FAIR, le CDGP a pour mission de collecter, décrire, préserver, contrôler, distribuer et gérer les données des différents projets de géothermie en Alsace. Lancée début 2016, la plateforme dispose aujourd’hui de l’infrastructure nécessaire pour remplir ses missions, et est pleinement opérationnelle. L’objectif est désormais d’obtenir une certification et de continuer à assimiler et distribuer les données anciennes, pour ajouter progressivement les données actuellement acquises.

L’équipe de stockage du centre de calcul de l’IN2P3 à Lyon, représentée par Jean-Yves Nief et Yonny Cardenas, ingénieurs de recherche, travaille sur une problématique clé : la conservation et le stockage à long terme des données. Que faire des données ? Les garder (combien de temps), les effacer ? Pour conduire cette réflexion, le quadriptyque : juriste, informaticien, chercheur, professionnel de l’IST est essentiel pour mettre en place et développer, dans le temps, une politique de gestion des données et d’Open Data (plans de gestion de données, archivage intermédiaire, etc.). Il est indispensable de sensibiliser les acteurs pour clarifier l’avenir des données. Leur rôle central est de structurer et d’organiser la communauté scientifique pour la convaincre de conserver ses données. Pour économiser sur le stockage, il faut améliorer le cycle de vie des données, conduire une réflexion constante pour la mise en place de plans de gestion de données et formaliser les pratiques. Grâce à une politique claire et établie entre les expériences et les projets il sera possible d’identifier rapidement les données en fin de vie et leur devenir.

Enfin, le cas de la banque d’enquêtes BeQuali, ou comment mettre en œuvre le principe FAIR et l’appliquer aux données d’enquêtes qualitatives en SHS. Sarah Cadorel, ingénieure d’études chargée des archives au CDSP, et Guillaume Garcia, chargé d’études au CDSP, responsable de la banque d’enquête BeQuali, ont partagé leur expérience du traitement d’enquêtes qualitatives. Le portail propose un catalogue d’enquêtes de SHS réalisées à partir de méthodes qualitatives (observations, entretiens, focus groups…). Il s’inscrit dans une démarche de préservation des données de la recherche en proposant des ressources et des outils pour l’enseignement des méthodes et la production de nouvelles recherches. Comment traiter les enquêtes ? La plupart des données qualitatives (entretiens, notes d’observations, corpus documentaire, etc.) collectées depuis les années 60 ont disparu ou risquent de disparaître sous peu tant elles sont conservées dans de mauvaises conditions. La nécessité de combler ce retard est devenue une évidence et les initiatives se sont multipliées depuis une dizaine d’années. Aujourd’hui ce dispositif d’apprentissage et de partage des enquêtes qualitatives en SHS doit s’enrichir. L’équipe, qui dispose de ses propres développeurs, œuvre à l’enrichissement du catalogue, à la mise en place de plans de gestion des données, à la sensibilisation de la communauté académique au potentiel de réutilisation, et à la formation des enseignants.

En clôture de la matinée, Fabien Borget est revenu sur le cadre de la Science Ouverte qui structure et redéfinit l’ensemble. Cette émulation n’est pas limitée à l’Europe, l’influence grandissante de l’association internationale Research Data Alliance le prouve. La sauvegarde et la réutilisation des données de la recherche ne sont envisageables que si des réflexions sont conduites pour maintenir les infrastructures, stratégiques dans une politique de Science Ouverte, comme l’a également souligné le retour d’expérience de l’Inra. Les initiatives sont nombreuses, et face à ce potentiel il est nécessaire de rationaliser les pratiques et créer une dynamique durable dans la préservation et aussi dans la réutilisation des données de la recherche ; la bonne nouvelle, c’est que c’est ce que nous avons l’ambition de faire à AMU.

La Journée OA AMU comme si vous étiez !

Temps fort de l’année 2017, la journée Open Access de l’Université d’Aix-Marseille, animée par Marie Masclet de Barbarin, VP CA, a permis de revenir sur les dispositifs et les engagements en faveur de l’open access soutenus par l’Université. Nous avons le plaisir de vous annoncer que les vidéos sont désormais en ligne sur la chaîne youtube AMU. Bon visionnage !

  •  Introduction de la journée Open Access AMU par Marie Masclet de Barbarin, VP CA :

  •  La loi pour une République numérique par Isabelle Gras (SCD AMU) et Philippe Mouron (LID2MS) :

  •  La politique OA des Presses universitaires de Provence par Charles Zaremba (PUP)

  • Le point bonus recherche par Carine Dou Goarin (DRV AMU)

L’équipe Open Access reste à votre écoute pour vous accompagner dans vos projets d’open access : archiveouverte@univ-amu.fr

L’Open Access à AMU résumé en une journée

Le 9 novembre 2017 se tenait la journée Open Access à Aix-Marseille université à la Maison de la recherche (Aix-en-Provence – site Schuman). Organisée par l’équipe de la cellule HAL-AMU du SCD de l’université, et animée par Marie Masclet de Barbarin, VP CA, cette journée a permis de présenter les dispositifs en faveur du libre accès mis en place au sein d’AMU (archives ouvertes, presses universitaires, bonus performance) et leur articulation à l’échelle de l’établissement. C’est la cohérence générale de la politique de l’université en matière d’Open Access, construite depuis plusieurs années, qui était ainsi restituée aux responsables de services, de départements ou de laboratoires, aux référent·e·s HAL et aux enseignant·e·s-chercheur·e·s présent·e·s.

Marie Masclet de Barbarin a introduit la journée en rappelant le contexte budgétaire et institutionnel dans lequel cette politique se développe : un coût annuel des abonnements électroniques s’élevant à 2,5 millions d’euros à AMU, pour l’accès à des publications pourtant produites par la recherche publique ; un mouvement national et international des établissements et des agences de financement vers le libre accès pour une meilleure diffusion de la production scientifique ; un besoin de visibilité accrue de la recherche produite au sein de l’université.
AMU a fait le choix d’une stratégie d’incitation forte de ses enseignant·e·s-chercheur·e·s au libre accès, notamment via les budgets alloués aux laboratoires, tout en leur facilitant le dépôt en archives ouvertes par la création, fin 2014, du portail HAL-AMU et de la cellule qui le porte au sein du SCD.

Le cadre juridique de ce dépôt en archives ouvertes a été précisé par Philippe Mouron (LID2MS) et Isabelle Gras (SCD d’AMU), qui ont uni leurs voix pour présenter ce que change la Loi pour une République numérique, promulguée en octobre 2016. Celle-ci autorise en effet, dans son désormais fameux article 30, les auteur·e·s à mettre à disposition en libre accès leurs articles publiés dans des périodiques, dans un délai de 6 mois (STM) ou de 12 mois (SHS), quel que soit le contrat signé avec l’éditeur, pourvu que la recherche ait été majoritairement financée sur fonds publics.

Applicable aux articles scientifiques publiés depuis la date de sa promulgation, cette loi vient consolider le cadre juridique du dépôt en archives ouvertes qui était jusqu’alors largement dépendant du contrat signé (ou pas), donc du cas par cas et de la bonne volonté des éditeurs. En pratique, c’est la version finale acceptée pour publication (dite post-print, à distinguer de la version PDF éditeur) qui est visée par l’article 30. La cellule HAL-AMU a ainsi présenté une “feuille de route” pour déposer en archive ouverte dans le respect de l’article 30, particulièrement utile pour les auteur·e·s :

Feuille de route pour le dépôt dans HAL dans le respect de l'article 30 de la Loi pour une République numérique

Feuille de route pour le dépôt dans HAL dans le respect de l’article 30 de la Loi pour une République numérique

Certains éditeurs vont déjà plus loin que la nouvelle loi en matière de liberté laissée aux auteur·e·s. C’est le cas des Presses universitaires de Provence, qui ont fait le choix d’accompagner la politique de l’université en faveur du libre accès par une position particulièrement engagée,  autorisant le dépôt en archives ouvertes de la version éditeur des articles des revues des PUP sans délai. Charles Zaremba, directeur des PUP au moment de cette décision, a ainsi rappelé qu’à l’échelle d’un éditeur universitaire comme les PUP, non seulement le libre accès ne vient pas grever les ventes, mais il a plutôt un effet d’entraînement sur les abonnements aux revues par augmentation de la visibilité nationale et internationale, comme l’expérience de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée l’a montré.

La question de la visibilité, à la fois interne et externe, de la production scientifique des membres d’AMU est en effet un enjeu primordial pour l’établissement. Carine Dou Goarin, chargée de la bibliométrie au sein de la Direction de la recherche et de la valorisation, a rappelé les paramètres de cette question : l’université a besoin d’avoir une perception claire et exhaustive des publications de ses membres, pour ce faire elle a donc besoin d’être elle-même bien identifiée dans chacune de ces publications.
AMU a décidé d’utiliser deux outils pour avancer à ce sujet : le respect de la charte de signatures dans les publications AMU indexées dans le Web of Science, considéré comme indicateur de la visibilité de la production de l’université à l’échelle internationale ; le signalement des publications dans l’archive ouverte HAL, outil central de la diffusion de la recherche. Le minutieux travail de repérage des publications dans les deux outils, le WoS et HAL, mené par Carine Dou Goarin, a notamment mis en évidence la sous-représentation de la production des SHS dans le WoS par rapport à celle signalée sur HAL, donc l’importance cruciale pour les SHS d’indexer leur production scientifique dans HAL AMU pour être prises en compte dans la comptabilisation des publications AMU.

WoS vs HAL. répartition de la production d'AMU par domaines (Carine Dou Goarin)

WoS vs HAL. répartition de la production d’AMU par domaines (Carine Dou Goarin)

Afin d’inciter les auteur·e·s d’AMU à respecter les deux critères de visibilité (charte de signatures, présence dans HAL), le versement d’un bonus performance aux laboratoires, pouvant représenter jusqu’à 10% de leur dotation budgétaire, a été conditionné en 2017 au respect de ces critères à l’échelle de chaque unité. Au total, 68% des 110 laboratoires affiliés à AMU ont perçu tout ou partie du bonus au titre du signalement de leurs publications dans HAL.
AMU devrait poursuivre cette politique incitative au libre accès en 2018 ; les laboratoires attendent la décision de la Commission recherche à ce propos.

Les questions soulevées par les communications ont essentiellement porté sur deux aspects :

  • le flou laissé par la Loi pour une République numérique concernant son périmètre d’application, que ce soit sur la définition de “périodique paraissant au moins une fois par an”, ou sur les auteur·e·s étranger·e·s publiant dans des revues françaises, et inversement !
  • l’articulation entre archives ouvertes et plateformes de revues en libre accès (Green et Gold Open Access), en particulier pour les SHS entre HAL et Revues.org (OpenEdition Journals à partir de décembre 2017).

Pour aller plus loin :

Delphine Cavallo
Je remercie Marlène Delhaye et Isabelle Gras de m’avoir invitée sur ce carnet pour faire le compte-rendu de cette journée.

[Les interventions ont été filmées, les vidéos seront disponibles prochainement]

Journée Open Access AMU le 09/11/17

Le SCD vous propose une journée d’échanges sur l’open access
le jeudi 9 novembre 2017 à partir de 9h30 sur le site de la Maison de la Recherche, campus Schuman à Aix.
Au programme : interventions éclairantes sur la loi numérique, sur la politique éditoriale des PUP, sur le postprint et sur le bonus recherche la matin, et séance de “SAV” personnalisé l’après-midi, pour toutes vos questions sur le dépôt dans HAL AMU, la publication en open access, les frais de publication, etc. Journée OA à AMU 09/11/2017A jeudi prochain !